• Pascale Fuchs

J'ai changé de vie et adopté un mode de vie plus lent. Bilan de mes 6 premiers mois en mode SLOW.



Il y a six mois, le 1er juin 2021, je quittais Annecy, la pizzeria VENTUNO que nous avions ouvert trois ans plus tôt avec mon compagnon pour partir dans le Gard et réaliser un rêve vieux de dix ans. A savoir ouvrir une maison d’hôtes et créer un lieu de partage et de rencontres autour de ma vision et de mes valeurs « SLOW ».

Je vous racontais le pourquoi du comment dans un article intitulé : Pourquoi j'ai changé de vie et adopté un nouveau mode de vie plus lent ?


A titre personnel et professionnel, il me semble intéressant de réaliser un bilan des 6 mois écoulés. Pour moi-même, en tant qu’entrepreneure, mais aussi pour vous, chers lecteurs, désireux de savoir si c’est possible de changer de vie, de réaliser un rêve. Si c’est économiquement viable. Si c’est techniquement réalisable.


Vous ne trouverez peut-être pas toutes les réponses dans cet article. Je ne vous livrerai pas tous les détails de ma vision d’entrepreneure, le business plan, toutes les démarches que j’ai du faire, toutes les étapes par lesquelles je suis passée et par lesquelles je passerai encore. Pour cela, il me faudrait un livre pour tout raconter.


Si toutefois vous avez vous aussi un projet de ce type, n’hésitez pas à venir séjourner dans ma maison. Je me ferai un plaisir de partager avec vous, de vous proposer un accompagnement sur mesure si besoin, de vous conseiller dans la réalisation de votre rêve, quel qu’il soit.


« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » – Mark Twain


Certaines personnes dans mon entourage ont certainement pensé que j’étais folle, inconsciente, irresponsable quand j’ai parlé de mon projet fin 2020. Je ne les en blâme pas. Le changement fait peur. Tout quitter, travail, amis, famille et partir seule à 400 km de son lieu de vie, tout plaquer pour aller vivre dans une région totalement inconnue peut ressembler à un délire total.


Qui plus est en pleine crise Covid ! Faire le pari d’ouvrir un lieu d’hébergement touristique alors que tout le monde était confiné, terrifié, sidéré, paralysé, paniqué par l’avenir…quelle idée ! Moi même je me demandais ce qui ne tournait pas rond dans ma tête, dans mon cerveau arborescent, dans mes tripes, dans mon âme en quête de sens pour oser faire cela, envers et contre tout.


La crise Covid avait réveillé en moi la peur de ne pas être complètement moi, de passer à côté de mon vrai rêve. Crise de la cinquantaine, crise existentielle ou spirituelle ? Un peu de tout cela. Et ce sentiment d’urgence, ce besoin de réaliser un rêve qui me réveillait chaque nuit. Cette impossibilité viscérale à remettre à plus tard, à attendre encore un peu, à repousser à des jours meilleurs mon projet.


Coût que coût, vaille qui vaille, j’ai suivi l’appel, j’ai tracé ma route, j’ai écouté la voix qui m’appelait à Dions, cette intuition qui me poussait là-bas. Pour réaliser mon rêve professionnel, mais aussi trouver mon équilibre personnel, physique et psychique. Loin des lumières et des bruits de la ville. Sous le ciel étoilé et dans le calme d’un petit village aux portes de la réserve naturelle des Gorges du Gardon. Je pourrais méditer, me retrouver.


Je partîmes en terre inconnue. Et 6 mois après, qu’ai je trouvé ?

Ralentir, Prendre le temps vers Soi, prendre le temps, méditer. Je n’en ai pas vraiment eu le temps les quatre premiers mois de mon arrivée à Dions. Finir d’installer et meubler la maison, mettre en place dans l’urgence les réservations sur les plateformes touristiques, repérer la région et les meilleurs spots de balades, me faire connaître dans mon village, dans les environs. Communiquer sur mon site internet, les réseaux sociaux…. Tout cela en deux semaines et sans internet le premier mois !

Et très vite, les premiers clients sont arrivés ! Le mois de juillet fut plutôt calme (ce fut le cas dans tout le département) et ensuite le mois d’août chaud, chaud, chaud !

J’étais sur tous les fronts, mais je me sentais dans mon élément, à ma place, en plein bonheur de voir mon rêve se concrétiser.


Puis le mois de septembre, un peu plus calme, mais l’expérience d’un premier stage Marche et Yoga avec un groupe de supers nanas qui allaient se baptiser « Les Déesses de Dions. »


Au fil des mois, les rencontres se succédaient ; toutes plus incroyables les unes que les autres, les premiers témoignages dans le Livre d’Or, les sourires des clients me faisaient prendre conscience que mon rêve était devenu réalité.

La liste des grands et petits bonheurs est beaucoup trop longue à réaliser. Je vous livre ici ce qui me vient, mais attention, tout cela est la partie immergé de l’iceberg. Tout cela est le fruit de longues années d’observation et d’expérimentation, des heures et des heures de travail. Avant, pendant et après. Quand on vit sa passion on ne compte pas ses heures. Quand on mêle vie privée et vie professionnelle, il faut être disponible à 200% pour ses clients.

  • pendant tout le mois d’août, les trois chambres ont affiché complet.

  • un super stage AlchimYe Yoga accueillit au mois de septembre

  • l’intégration à plusieurs plateformes de réservation dont Gîtes de France (trois épis) et Green Go Voyages (en cours).

  • des rencontres et co-création avec des professionnels du bien-être, yoga, coaching,…

  • des connexions avec des professionnels du tourisme durable, de l’écologie ( Eco-acteurs des Gorges du Gardon) de l’économie solidaire ( Tiers Lieu 21 à Uzès)

  • des liens créés avec des entreprises et réseaux locaux


A un mois de la fin de l’année 2021, mon bilan est à 100% positif. Je ne regrette rien, et si je devais recommencer, je recommencerai. Bien sûr qu’il y a eu des moments difficiles, des moments de galère, des moments de doutes, des crises de manque de l’avant, de mon chéri resté en Haute-Savoie. Mais j’ai reçu un soutien inestimable de mes proches, de mes ami.e.s qui sont venus me rendre visite, de mes nouveaux voisins, de mes clients heureux d’avoir séjourné à La Magnanerie, de l’Univers, de mes anges gardiens. Je le remercie tous du fond du coeur.

La joie que m’ont procuré toutes ces rencontres est immense et la plus belle des motivations pour m’encourager sur cette voie en 2022.


Il y a encore un an, je ne savais pas pourquoi j’allais dans le Gard, je ne savais pas ce que j’y trouverai. Aujourd’hui je peux le dire. Ce qui m’apporte une joie gratuite et sans limite, c’est le luxe de pouvoir prendre le temps. De faire plus avec moins. Tout simplement, au fil des saisons. De partager, de rencontrer, de discuter au coin de feu, de donner libre cours à mon imagination et ma créativité. De pouvoir contempler les étoiles ou ramasser du bois en forêt. De cuisiner de bons petits plats ou encore fabriquer des bougies végétales.

Dans ma maison d'hôtes, mon havre de paix qui me rappelle celles de mes grands-mères, j’ai l’impression que tout est encore possible. Que la course en avant peut s’arrêter. Qu’il est encore temps d’imaginer collectivement un avenir plus doux, plus sobre, plus économe et durable. Qu’en 2022, chacun sera libre d’être et d’agir individuellement, de manière responsable et consciente pour son bien-être, pour sa nature, pour la nature.


2021 a été pour moi l’année de la transition, de la transformation, de l’installation dans un nouveau lieu de vie. Tout cela n’a pas été sans déstabilisation ni interrogations.

2022 sera l’année de la consolidation, de l’expansion, de la co-création. Je me réjouis de vous retrouver avec tous les projets et nouveautés que je vous dévoilerai dans les prochaines semaines.


D’ici là, je vous souhaite un doux mois de décembre, de prendre soin de vous et de vos proches avec amour et douceur. La vie est trop courte et trop fragile pour être gâchée par la peur de mourir ou de perdre. Alors Carpe Diem, vivez, vibrez, aimez, agissez avec votre coeur et vos tripes et réalisez vos rêves les plus fous.


Et si le coeur vous en dit, je vous donne rendez-vous sur l’Instragram de La Magnanerie avec un calendrier de l’Avent qui vous permettra de gagner de nombreux cadeaux Slow et fait maison pendant tout le mois de décembre.


110 vues0 commentaire